L’empreinte artistique des sites Obazyne

Premiers pas d’une démarche d’intégration et de démocratisation culturelle pour faire des lieux de commerce de véritables ambassadeurs de leurs territoires

N.U

Faire de la promotion immobilière autrement.

Telle est la promesse qu’Obazyne a décidé de mettre en action depuis sa création il y a 3 ans. Cette promesse s’est concrétisée au mois de mai dernier avec l’inauguration de « N.U », première œuvre d’art soutenue par Obazyne et installée sur le parking du Retail park d’Auterive.

Le style que nous avons choisi à Obazyne est à l’image de nos associés, collaborateurs et partenaires : basé sur la fiabilité, l’expertise, le pragmatisme, l’agilité, l’intégrité et l’audace. Et il en fallait de l’audace quand nous avons acheté ce terrain à Auterive !
C’est cette audace qui nous a permis d’investir sur ce Retail Park dans une démarche durable, à l’image de l’éclairage que nous y avons installé, doux, moderne, esthétique et beaucoup moins énergivore. Cette audace aussi qui nous permet de laisser une empreinte artistique révélant le savoir-faire artisanal et l’histoire industrielle de la région. L’œuvre que nous inaugurons aujourd’hui à Auterive, constitue le premier pas d’une démarche engagée par Obazyne : faire le lien entre commerce, culture et patrimoine, avec l’envie de donner de l’émotion et du plaisir aux visiteurs.

Vincent BLACHOT, co-fondateur d’Obazyne
L’œuvre de Mehdi MELHAOUI installée sur le Retail Park d’Auterive le 12 mai 2021

Une histoire pleine de rebondissements

L’histoire de l’œuvre du Retail Park commence par la rencontre avec un silo, trace d’une exploitation bétonnière passée. L’objet, resté seul sur le site du futur Retail Park, devient mémoire de son vécu. Tout rouillé et marqué de deux énormes lettres : « NU ».

« La cuve de béton abandonnée sur le site m’a tout de suite fait pensé au film « Bagdad Café ». Pourquoi est-t-elle est demeurée là après la désaffection de l’usine de béton ? Je l’ignore. Mais elle est là, et il m’est apparu naturel dans l’état d’esprit qui est celui d’Obazyne d’essayer de conserver l’histoire du site, du territoire, de tenter de « recycler » l’existant, de l’intégrer esthétiquement dans notre projet de promotion.»

Vincent BLACHOT, Obazyne
A l’origine, un silo à béton abandonné
Esquisses pour les vitraux

Obazyne s’adresse à l’artiste plasticien Medhi MELHAOUI qui adhère tout de suite à l’idée de «recyclage» ou plutôt de valorisation de ce vestige du passé. Les premières ébauches montrent la transformation du silo en une œuvre à caractère sacré.

« Le projet commence par un croquis : l’incrustation de vitraux à ogives dans cet objet métallique rouillé. Des vitraux – dits s’inspirant de la renaissance – mais racontant une tout autre histoire plus personnelle : l’étude du drapé et des remous aquatiques que je développe dans mes recherches artistiques depuis quelques temps déjà.»

Medhi MELHAOUI, artiste plasticien

Coup du sort, au moment de le déplacer, le silo, qui contenait encore 17 tonnes de béton et était attaqué par la rouille, se désintègre

L’artiste propose d’en construire un nouveau. Il le re-dessine, le fait plus aérien. Il utilise des lignes fluides, de la transparence. Il s’entoure du maître-verrier Carlo ROCCELLA. Ils conçoivent ensemble des vitraux. « C’est très ambitieux parce que c’est une matière noble et difficile à travailler », explique Mehdi MELHAOUI. Un drapé d’inspiration « aquatique » est créé sur ce vitrail.

C’est à ce moment que l’artiste baptise son oeuvre : « N.U » comme ces deux lettres inscrites sur l’ancien silo détruit. « N.U » comme le caché-dévoilé du drapé. « Nu » face à la mer.

Projet de reconstitution du silo en 3D

Medhi MELHAOUI entouré des élus d’Auterive et de l’équipe d’Obazyne lors de l’inauguration

« Vu le contexte actuel, l’art ne se vit plus dans les musées et les galeries. Alors sur un parking, pourquoi pas?
J’aime bien être un peu alternatif, sortir du « carré blanc » pour être à l’extérieur, apporter un peu de sensibilité, de poésie sur un lieu. La présence de cette œuvre ici peut d’abord surprendre, mais en regardant bien, en portant attention à l’environnement, on peut voir qu’il y a comme un jeu avec les bâtiments qui sont derrière. L’art nous apprend à regarder différemment.
Je remercie l’équipe d’Obazyne pour l’opportunité qu’elle m’a donnée de créer cette œuvre et la confiance qu’elle m’a accordée dès le début. Cette œuvre s’est réalisée au fil des échanges avec eux bien sûr, mais ils m’ont laissé carte blanche et soutenu malgré les aléas du projet. »

Medhi MELHAOUI

Parce que sa mission est de renforcer le tissu local et l’attractivité des territoires, notamment dans les villes moyennes et les zones péri-urbaines, Obazyne participe à la mise avant d’artistes locaux et souhaite à l’avenir promouvoir la réalisation d’œuvres artistiques uniques sur les sites commerciaux sur lesquels elle opère.

Ainsi à chaque fois qu’elle le pourra, Obazyne permettra à un artiste issu du territoire concerné d’investir son projet en réalisant une œuvre pérenne (peinture, sculpture, street-art, architecture …) révélant l’histoire ou la spécificité du lieu.